Petite virée dans le massif du Mont Blanc

Aller en bas

Petite virée dans le massif du Mont Blanc

Message par GaryMountain le Lun 25 Juin - 20:08

A l'occasion du rassemblement de tous les groupes Espoirs FFCAM qui était cette année à Chamonix, nous avons profité pour faire deux belles voies dans le secteur du Massif du Mont Blanc. 

Erwann (Gourdel) et Paul (Cottalorda) sont déjà sur Cham depuis quelques jours et on déjà fait deux belles voies : O Sole Mio au grand Cap et L'éperon Migot Intégrale à l'aiguille du Chardonnet. 
Je monte avec Aloys et on rejoint jeudi soir Erwann, Paul, Nicolas. 

La première voie que nous avons grimpé est une vieille classique de 1960 du Parc des Aiguilles Rouges : La voie des Français au Pouce : TD+ 400m 6a max, équipée sur pitons (avec des vieux vieux spits aux relais). 
Pour cette voie Benjamin Guigonnet nous accompagne.

Approche avec la remontée mécanique de Flégère 



l'index, la pointe classique du secteur, il y aura d'ailleurs beaucoup de monde ce jour. 


La vue est déjà belle sur le massif du Mont Blanc; la verte est encore dans la brume



Depuis la fin de la remontée mécanique, il faut passer un col après un petit couloir de 500m en neige. 
Puis une petite descente en face Nord


Je me passerai de commentaire...


L'objectif du jour apparaît, la voie est située derrière le pilier. 


Un gros névé résiduel recouvre la première longueur... On mets les chaussons difficilement assis sur la pseudo-rimaye.

La première longueur est assez compact, comme souvent dans ces endroits où un glacier recouvrait le bas de la face. 


Encore pas mal de neige dans le vallon. 


la suite est déjà un peu plus raide. 


Erwann dans les premières longueurs, je suis dans le petit surplomb en 5+ de la 4ème longueur;

Les relais sont globalement équipés tous les 25/30m si bien qu'il est aisé de doubler les longueurs avec une corde de 60m.


Les quelques pitons sont plutôt bien placés et nous rappellent qu'on est bien dans l'itinéraire. 



Aloys prend la tête pour le 1/3 suivant de la voie. 
Cette partie se déroule dans un grand dièdre d'environ 180m sous des grands toits, dans une escalade homogène autour de 5+/6a


Après le laminoir peu commode, une longueur en 6a plus raide mais assez prisue. 


Erwann dans le laminoir... Ambiance !



Ben dans le 6a. 


L'ambiance devient vraiment exceptionnelle ! 


la suite toujours plus raide, un beau morceau pour une voie de 1960


Mmmmh...


Les nuages se sont dissipés et offrent une vue royale sur le Mont Blanc, 4810m


Puis une grande traversée de 15m vers la gauche, permet de s'échapper de l'emprise du toit gigantesque au dessus ! 


Aloys grimpe bien, il n'est pas toujours évident de rajouter des coinceurs et les pitons ne sont pas garanties pour des chutes petites ou grandes


Erwann toujours sous mes pieds


La suite c'est par ici !!


Erwann attaque la traversée


Puis le fameux râteau de chèvre ("hein les gars !! c'est quoi un râteau de chèvre?!" dixit Erwann)


Erwann aux prises dans la longueur au dessus du grand toit. 


Le gaz est vraiment ébouriffant dans cette belle dalle suspendue au dessus de 350m de vide


Pendant ce temps, Ben a prit la tête pour les dernières longueurs et force un passage bien raide et très licheneux. Petite erreur d'itinéraire, finalement ça passe plus à droite mais longueur très esthétique qui doit valoir un bon 6a+


Erwann avec les Jorasses en fond


Le sommet n'est plus très loin !


Aloys et Ben à la brèche. Il reste une course d'arête facile avant de rejoindre le col. 

Une fois au Col il est 16h25. La dernière benne descend à 16h45. Il reste 550m de descente dans la neige. Aloys et moi descendons à triple vitesse en courant et on rejoint finalement Benjamin qui nous avait devancé sur la descente. On descend jusqu'au refuge de la Flégère avec le télésiège. Erwann, Nico et Paul sont bien loin derrière (enfin c'est ce qu'on croit). On décide de les attendre au refuge pour descendre ensemble les 850m jusqu'à Cham, mais Paul et Erwann descendent en courant les 1000m jusqu'au téléphérique en moins de 25minutes et réussissent à avoir la dernière Benne alors qu'on les attendait au refuge. Je salue la performance mais du coup on est bon pour descendre jusqu'à Cham à pieds avec Nico derrière...


Je savoure un coca au refuge de la Flégère entouré d'américains forts bruyants, face à la verte. 


Heureusement pour se faire pardonner, Erwann et Paul nous ont préparé un excellent BBQ à base de ... Beaucoup beaucoup de truc !

Pizza au BBQ, grosse grosse base les gars !!


Le lendemain, Nous partons avec Aloys et Nico avec le train de 9h de Montenvers pour faire une voie assez courte à l'Aiguille de l'M, la remontée de l'aiguille du midi et du plan de l'Aiguille étant fermée pour changement du cable. 

à la gare de Montenvers, un troupeau de japonnais escalade les scellements de sécurité à 20cm du sol, pris en photos par des femmes sous leur ombrelle. Le spectacle me fait sourire, partagé entre un sentiment de ridicule et d'agacement pour ces gens qui ne respectent pas vraiment le lieu. 


L'approche est magnifique. Cependant une douleur se réveille à la cheville gauche à chaque pas déjà la sortie du train. J'ai du me faire mal en courant hier pourtant je ne me suis pas vraiment tordu la cheville. J'essaie de ne pas y penser et on continue par le sentier qui mène au refuge du Plan de l'Aiguille. 



Au bout de 2h de marche, on arrive au pied de l'Aiguille de l'M. Il y a 3 cordées dans la Couzy et une cordée dans notre voie, la Ménégaux (TD+ 6b/+ terrain montagne 250m).

La voie est face Nord, les deux premières longueur en 4+ bien que faciles nous prennent un peu plus de temps que d’ordinaire avec les doigts bien bien froids. 



Nico est en tête pour cette belle longueur en 5c+ (plutôt 6a+ en cotation moderne) en dulfer d'anthologie


Fort grimpeur de 7c+/8a, il s'élève avec concentration et précision. 


Aloys dans la longueur, vraiment majeur. Assez mental (surtout qu'il y a une déchirure sur la gaine de mon brun de corde à 5m...)

Je prends la tête pour la fin de la voie. 

Une belle longueur en 5/+ que je double avec la suivante sans vraiment m'en rendre compte. 50m d'escalade aérienne sur un bon granit bien que assez licheneux. 


Et puis la longueur clé. D'abord un petit surplomb qui finalement passe bien. Puis une fissure à verrou avec un pan de dalle lisse à se droite. Je me rétablis sur une vire au bout de 25m d'escalade. je trouve un vieu relais sur 3 pitons qui ne me donnent pas confiance. Au dessus de moi, la fissure se transforme en une grande cheminée bien raide. Je préfère finalement continuer dans la fissure et la cheminée qui protège bien se friends. La fissure est bien technique, heureusement avec les grands de fissure j'arrive à caler de bons verrous et je bourre tant bien que mal 3 friends dans la section la plus difficile. Pieds à plats sur la dalle j'ai vraiment l'impression de zipper à tous les mouvements. Finalement la cheminée est plus étroite que je pensais. Je peux mettre un excellent n'°3 dans le fond. Mais je reste coincé avec mon sac à dos bien gros. après quelques gesticulations et un verrou de genou salvateur je parviens à attraper une grande écaille verticale qui me permet de sortir de ce mauvais pas. Cette longueur doit valoir 6c/+ montagne. je constate que le relais sur la vire en dessous était probablement le bon. 
Sur la photo, Aloys sort de la cheminée mangeuse d'homme. 


Après une dernière longueur plus facile, on rejoint le sommet ! Il est 17h30. 

un choucas bien moins timide que ceux de chez nous profite de notre pause pour venir voler des miettes. 


Aloys observe la mer de glace. (enfin ce qu'il en reste)



Au dessus de nous, la brume recouvre le sommet du Grépon. 


La descente s'effectue dans ce couloir en face Sud. 


la partie en neige est bien tracée par les cordées précédantes. 


Puis la fin emprunte des échelles. 


Ma cheville me fait de plus en plus mal sur cette descente sur le glacier des Nantillons. Chaque pas est très pénible. Il reste 1600m de descente jusqu'à Chamonix depuis la fin de ce couloir de 200m


Voila l'M


Et les aiguilles de Blaitière, les Pelerins, le Peige et l'aiguille du Plan.


malgré la douleur, je dois reconnaitre que le pays est fort joli sur cette descente par le chemin de Blaitière. 



épuisé, après 5h de descente en boitant comme un chien depuis le sommet, je fais des derniers mètres en rampant avec le piolet planté dans la terre  jerigole
Merci aux copains de m'avoir attendu  aer

Un très beau séjour, on a bien profité du créneau météo parfait !!

à bientôt !!
avatar
GaryMountain

Nombre de messages : 113
Localisation : Nice
Points : 221
Date d'inscription : 15/10/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum