Grosse journée au Pelvoux

Aller en bas

Grosse journée au Pelvoux

Message par GaryMountain le Lun 4 Juin - 18:32

J’ouvre les yeux, je vois le ciel à travers la petite ouverture de mon duvet, le ciel est étoilé, la nuit est calme, sans bruits. La lune éclaire la grande face nord du Pelvoux, les plaquages de neige font contraste avec le rocher sombre.
Peut être 1, 2 ou bien 3h du mat, difficile à dire, dans ces moments où le temps est distendu. Je ne sais pas dans combien de temps sonne le réveil, et d’ailleurs je m’en fou bien, je profite de la beauté de la montagne. Dans notre petit bivouac à même sur la neige du glacier noir. Un lieu bien austère et pourtant je m’y sens bien… En sécurité.

L’histoire a commencé la veille, 12h30 à Nice, je rentre chez moi. Regarde la météo sans savoir vraiment quoi faire. Il semble y avoir une bonne fenêtre météo pour les Ecrins. Tant mieux parce qu’en ce moment c’est vraiment inespéré !
L’iso 0 est à 3000m, parfait pour tenter une voie dans les grandes faces nord du Glacier Noir.

Le col de la Bonnette vient d’ouvrir, encore une bonne nouvelle qui va nous faire gagner presque 2h de route. On boucle les sacs en vitesse et à 15h on est dans la voiture direction le pré de Madame Carle.

Au près, le ciel est assez dégagé malgré quelques petits nuages, la nuit s’annonce claire.
On rejoint rapidement le glacier noir en montant la moraine par les balmes de François Blanc.




Les faces nords se dévoilent. Le couché de soleil enflamme le Pic du coup de Sabre. 
L'immense face nord du Pic sans nom. 


Devant nous, le Pic Coolidge, le Fifre et le col des Avalanches (qui porte bien son nom). 


La moraine du glacier noir. 


L'objectif de demain ! Bien plaqué de neige avec les orages de la semaine dernière. 

Il est 22h30, après avoir mangé nos lyoph, on rentre dans les duvets histoire de dormir un peu ou à défaut de se reposer un minimum.




Le réveil sonne, 3h40, on sort des duvets avec Selena.  Je n’ai pas vraiment dormi mais ce n’est pas la première fois. Même si je suis très serein, la nuit a été courte et froide et le sommet était difficile à trouver.


On s’équipe puis on commence à monter en direction de la face. Plus on s’approche, plus la perspective nous donne l’impression que la face rétrécie et reprend des proportions presque humaines.

 


Les lueurs de l'aurore sur l'Ailefroide. 


L’objectif du jour est une voie dans la face nord, on ne sait pas encore, soit les pentes centrales, soit les goulottes mixtes dans l’axe qui sortent sur l’arête. On prendra la décision après avoir pris pied sur les pentes supérieurs, après la goulotte clé, en fonction des conditions.

Jusqu’à la Rimaye, le regel est assez bon, puis on passe dans une zone de neige croutée dure qui cède facilement sous nos pas et demande un peu d’énergie pour avancer.


On passe la rimaye vers 5h30, elle passe d’ailleurs sans difficulté en son centre.


Le levé du soleil sur le point culminant du massif, la barre des Ecrins. 


Puis on remonte l’entonnoir géant jusqu’à la goulotte qui permet de franchir la barre rocheuse du bas de la face.


Enfin au pied de la goulotte. Il faut imaginer qu’il y a 100ans, le glacier recouvrait cette barre rocheuse de 100m de haut, si bien que le rocher est très lisse et donc très peu protégeable.


Les conditions sont assez bonnes dans la goulotte, il y a peu de glace mais la neige dure tient bien le coup. Sans doute M4 pour la première longueur.


J’évite un gros bouchon de neige par un passage mixte à droite. Premier relais.


Puis on rejoint l’axe de la goulotte pour gravir une jolie cascade, fine et peu protégeable, M4+. Cette belle longueur nous permet de sortir sur les pentes de neige.





Alors qu’on commence à remonter ces pentes en direction la fameuse pente centrale qui nous semble en bonne condition, la neige, jusqu’alors bien dure, perd sa consistance et devient beaucoup plus physique. Il faut se barre pour chaque pas, c’est très pénible.
Selena qui n’a pas beaucoup dormi cette semaine commence à montrer des signes de fatigue. Malgré une pause et un ressucrage, elle a un peu de mal à avancer.


Derrière nous, le soleil tape sur les pentes du Pic Coolidge et entraîne d’incessantes avalanches. Le silence de la nuit laisse place à un bruit de chao interminable.
Après qu’on s’approche de la pente centrale, une coulée part dans l’axe de la grande pente. A ce moment la, je prends conscience que il faut absolument sortir par les goulottes mixtes de la face rocheuse sous la pointe Durand.
On est dans l’axe d’une rampe de neige, on la remonte donc. La neige devient de plus en plus pénible.
De 50°, on passe rapidement à 60° puis une goulotte raide de 15m. Le rocher est très mauvais, la progression devient épuisante. La goulotte débarque sur un petit collet et permet une bonne assurance pour Selena en cas de chute car, en corde tendue, nous sommes de chaque côté de cette petite selle de neige.
Je prends pied dans un couloir au pied d’un grand ressaut rocheux. La neige est abominable. Selena me dit qu’elle ne se sent pas bien du tout et qu’elle a du mal à respirer.
Hypoglycémie à répétition ou début de mal aigu des montagnes ?
On ne peut pas s’arrêter pour l’instant. On va mettre près de 40minutes pour faire 100m et monter jusqu’à une selle de neige.

L’arête sommitale n’est plus très loin. Malheureusement l’heure tourne, il est déjà 13h30, une heure décisive où il faut sortir au plus vite avant que les conditions ne changent vraiment.
On fait une bonne pause, Selena met la veste pour se réchauffer, mange et boit un peu d’eau. Ça va un peu mieux mais c’est vraiment pas la grande forme…
Il reste environ 250m jusqu’à l’arête.
Le rocher est complètement pourri, et cette neige inconsistante nous oblige à dépenser beaucoup d’énergie pour avancer.
On repart. Je remonte une pente de neige, à la hauteur du grand gendarme du Pelvoux, puis m’engouffre dans une petite goulotte raide M3+/M4, au rocher explosif et improtégeable. Je me fais bombarder par quantité de glace qui tombe du sommet. Finalement je prends pied sur une nouvelle selle de neige, j’enfonce mes piolets aussi profonds que possible dans la neige, et assure Selena à l’épaule qui a retrouvé un peu d’énergie mais avance très péniblement.

Après une ultime longueur, on arrive sur l’arête sommitale, à 20m du sommet. Le ciel est sombre, l’orage n’est pas loin. Selena est vraiment au bout, elle aura tout donné pour atteindre cette arête, mais son état est préoccupant. Ce n’est pas juste de la fatigue, il y a quelque chose. Elle a l’impression d’être à 6000m.
Même si il ne reste plus qu’une descente plus facile, on décide de prévenir les secours avant d’avoir vraiment un accident et que la situation ne dégénère complètement.


L’action est efficace et rapide, vraiment impressionnant. C’est la première fois que ça nous arrive.

En 10min, on est à Briançon, bien loin de cette arête sommitale à 3934m.  
Au loin, le bruit sourd de l’orage nous conforte dans notre décision… Merci infiniment au PGHM.
La situation peut déraper rapidement sur ces grandes faces, je prends conscience qu’une grosse hypoglycémie ou un MAM peut vraiment faire basculer rapidement les choses, rajoute à ça des conditions pénibles …

La voie reste majeure, dans cette grande face austère. Il y a 940m depuis la rimaye, 750m depuis le pied de la goulotte. Le haut de la face n’est pas à sous-estimer, les longueurs mixtes sont techniques et protègent mal. C’est vraiment un cran au-dessus en difficulté que la pente centrale.

Malgré tout, que la montagne est belle.

Voila l'itinéraire que nous avons parcouru, qui est une variante entre les deux voies originales de 1891 de M. et P. Gaspard et de 1898. 


Le topo sera bientôt en ligne.


La Vidéo avec de belles images de la voie
avatar
GaryMountain

Nombre de messages : 110
Localisation : Nice
Points : 216
Date d'inscription : 15/10/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grosse journée au Pelvoux

Message par jean-phi le Lun 4 Juin - 21:30

une sacré aventure
l'important que tout termine bien.
bon rétablissement à Selena. amitiés montagnarde.@+ j phi
avatar
jean-phi

Nombre de messages : 1441
Localisation : COURSEGOULES
Points : 2952
Date d'inscription : 11/05/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grosse journée au Pelvoux

Message par Rapha06 le Mar 5 Juin - 11:34

Bravo, belle bambée qui a failli mal finir...
C'est vous qu'on à doublé dimanche soir sur la route de la Bonette (AN-255-??) il me semblait t'avoir reconnu ??

Rapha06

Nombre de messages : 3
Points : 3
Date d'inscription : 30/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grosse journée au Pelvoux

Message par GaryMountain le Mar 5 Juin - 22:10

Merci pour vos messages =)
avatar
GaryMountain

Nombre de messages : 110
Localisation : Nice
Points : 216
Date d'inscription : 15/10/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grosse journée au Pelvoux

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum