Le silence de la Lombarde.

Aller en bas

Le silence de la Lombarde.

Message par GaryMountain le Sam 18 Nov - 20:59

Il est 7h30, las du grincement répétitif de mes raquettes sur la neige gelée des pistes damées, je mets les écouteurs. Surpris de voir qu'on capte beaucoup de stations de radio vers Isola 2000. Notamment, on capte très bien Nostalgie, ce n'est pas ma station préférée mais ils passent "Cargo" de Alex Bauer et j'aime bien ce titre. 
Rapidement j'arrive au col de la Lombarde. Je laisse mes raquettes dans une ruine du col, à côté du pilier du tir fesse. 
j'enlève les écouteurs, et tout d'un coup, plus rien ! Un silence profond, sourd même, qu'on ne connait plus même pas la nuit en ville. Aucun choucas, aucune rafale de vent dans les cimes. Seulement le bruit de mes pas dans la neige et plus rien quand j'arrête de marcher.
La neige est hétérogène, par endroit bien dure, permettant une approche rapide, et ailleurs, près des pierriers, beaucoup plus inconsistante. 


Au loin, on voit les sommets encore plus à l'ouest et la face est du Mounier qui commence maintenant à être assez sèche. 


Cette face nord ouest de la lombarde ne paye pas de mine depuis le col mais quand on est au pied, elle prend un peu plus d'ampleur je trouve.
j'ai toujours trouvé le contraste de la neige bleutée du matin avec le rocher anthracite magnifique. 


J'arrive au pied du premier couloir. Je n'avais pas vraiment de préférence entre le couloir central et le couloir de gauche mais le central à l'air en bonnes conditions avec une coulée de glace formée en haut.
J'ai pensé à affûter mes crampons la semaine dernière, sinon je ne me serais pas engagé dans ce couloir en solitaire.


L'ambiance du couloir est vraiment sympa ! La partie du bas est en neige bien dure et permet d'aller vite. Malheureusement, vers le 1/3 tiers, la transformation est beaucoup moins bonne et je m'enfonce beaucoup plus. C'est pas grave je suis habitué à ces conditions dans le massif après tout et au moins je force moins sur les mollets. 


Un petit peu au dessus du cône de déjection. 


rapidement, l'ambiance devient plus aérienne. Je dois être vers la moitié du couloir. 


Après un passage un peu pénible dans un renfoncement qui manque un peu de neige et où les crampons grattent de temps en temps le rocher sous jacent sans y accrocher, j'arrive à la cascade. 


Dès les premiers ancrages, la glace à l'air solide bien que cassante. c'est bien formé, pas un simple plaquage. Malheureusement, au pied de la cascade, de la neige inconsistante s'effondre et il faut bien bloquer sur les bras pour réussir à monter les pieds sur la glace. 

Tout doucement, ancrage après ancrage, la progression se fait sur la glace. C'est vraiment raide, au moins 85°. Je suis concentré, pas vraiment inquiet mais chaque ancrage doit être parfait. En cas de problème, une broche déjà préparée au porte matériel permettrait de taper un rappel de réchappe. (enfin peut être)
J'ai "cargo" dans la tête, "cette machine dans ma tête, machine sourde et tempête..." depuis l'approche. La glace est bonne, c'est un plaisir grimper cette petite cascade.



Le final est un bombé en glace formé par un gros chou-fleur. Deux dernières frappes, un rétablissement de pied au dessus et c'est fini. 



Au dessus de la cascade, au moins 9/10m de glace raide quand même.


Alors encaissé avant le ressaut gelé, le couloir s'ouvre et on a l'impression d'être sur un tableau de bord géant où le pare brise est le paysage sur la vallée du col de la Lombarde. 


c'est bientôt la sortie mais ici la neige est pire que tout et je mettrais 30 à 40min pour faire les 150 derniers mètres en creusant une tranchée pour avancer. Il fait vraiment froid, mes gants collent aux piolets et aux rochers. 


Au sommet, je croise un sympathique gendarme du PGHM, impressionnant, il descendra en ski la face sud est avec une neige très dure. 
(pour une raison inconnue, la photo est foirée, j'ai vraiment du mal avec cet appareil photo.)


La face nord du Malinvern a des allures d'Alaska, la neige à l'air absolument pas transformée et le couloir Dufranc laisse entrevoir des ressauts rocheux très saillants. Mieux vaut encore attendre pour y aller.

 
La vue est très dégagée en ces journées froide d'hiver, on voit le Cervin et le massif du Mt Rose, c'est impressionnant de pouvoir les voir d'ici. 



La belle croix du Club Alpin Monégasque de 1991.


Après une pizza au restaurant "le Vieux Chalet" (que je recommande d'ailleurs), je descend tranquille à 14h. C'est amusant de voir que dans les vallées, l'automne est encore la alors qu'en haute montagne c'est déjà l'hiver. 


Le fameux Big Wall de Thibaut Tournier du Mt Palastre. On a ré équipé la partie du bas en Juillet dernier avec quelques pitons. L'escalade, bien que très esthétique, y reste engagée au caractère montagne bien marqué. à ne pas prendre à la légère. 

 Devinez quel village je suis allé visiter en descendant?










Un couloir que j'ai trouvé vraiment sympa ! Faut en profiter il est tracé maintenant et il y a des trous dans la glace raide =)
Dans ces conditions, comptez une difficulté D-/D.

Pour le ski, ça a vraiment l'air mauvais, les skieurs que je croise où l'air de galérer un peu à la descente sur la neige déjà bien glacée...
avatar
GaryMountain

Nombre de messages : 82
Localisation : Nice
Points : 158
Date d'inscription : 15/10/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le silence de la Lombarde.

Message par jean-phi le Sam 18 Nov - 22:03

ce couloir me dis quelques choses.... jerigole aer
bravo Guillaume.@+
avatar
jean-phi

Nombre de messages : 1351
Localisation : COURSEGOULES
Points : 2706
Date d'inscription : 11/05/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum